Programmes du RABEC

Fort d’une expérience dans le travail communautaire de plus deux (2) décennies, le RABEC a réuni une bonne partie des groupements de promotion de la femme (GPF), des associations de jeunes, des membres des conseils de quartier et d’autres partenaires avec lesquels il a eu à travailler pour magnifier le concept d’économie populaire à travers un événementiel.

Ainsi une semaine durant, des articles réalisés dans le cadre du Programme de Lutte contre l’Enfance en Rupture (PLER) et d’autres productions des GPF partenaires au RABEC ont été exposés.  A cet effet, des foras et panels ont été tenus pour partager les bonnes pratiques inspirées de l’économie sociale et solidaire (ESS). Ce qui a permis aux populations de discuter de l’importance de la participation dans le développement local, d’échanger sur les opportunités d’emploi pour les jeunes, de sensibiliser les filles sur les questions de santé de la reproduction. Non sans occulter les activités pour enfants pour avoir distribué des cadeaux aux enfants et des dons aux "daaras". Aussi, la journée du « Citoyen Développeur » a été célébrée dans le cadre de cette semaine.

Résumé :

Un réseautage fort gage d’un développement communautaire durable.

Le Réseau des Associations pour le Bien Etre Communautaire (RABEC) est une organisation de la société civile sénégalaise reconnue comme ONG en Mai 2003 sous le numéro d’agrément n°003154 du 21 Mai 2003 ; N° récépissé  10020/M.INT./DAGAT/DEL/AS.

Le département Économie Sociale et Solidaire du RABEC a tenu sa journée de célébration de la femme ce Mercredi 16 Mars 2017 à la salle Amady THIAM de Nguélaw.

Célébration de la quinzaine Nationale de la femme

Date : Le 15 mars 2017
Lieu : Salle Amady Thiam de Nguélaw

Le 8 mars célèbre la Journée Internationale des Femmes. Officialisée par les Nations Unies en 1977, la Journée Internationale des Femmes trouve son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote.

L’ONG RABEC en partenariat avec la Mairie de la Commune de Biscuiterie organise une série de formations destinées aux femmes de Biscuiterie sous le thème :  « L’éducation à l’entreprenariat féminin, outil de promotion à l’autonomisation  économique de la femme ».

Le RABEC développe depuis plusieurs années un programme d’accompagnement des femmes des GPF et OCB partenaires de l’ONG. Des femmes dont beaucoup parmi elles sont analphabètes ou d’un niveau d’instruction très faible, et parmi elles, beaucoup sont des veuves ou des femmes divorcées qui ont en charge la famille donc se retrouvent comme chefs de ménage avec tout ce que cela demande comme besoins des enfants en matière d’étude, de santé, de nourriture et de sécurité. Cette situation de la femme, conduit ces dernières à mener des activités génératrices de revenus dont les bénéfices générés aideront à amortir les charges de la famille.
Parti du constat des énormes et multiples difficultés que vivent les femmes de  manière générale dans la gestion de leur vie quotidienne malgré les activités économiques que certaines d’entre elles mènent pour amortir les charges familiales. Il est indéniable que la majorité d’entre elles connaît des échecs du fait :
-    d'un manque de formation,
-    d’un manque d’information,
-    d’un manque de vision claire dans la vie associative,
-    d’une inexistence d’un capital propre,
-    de synergie en matière de participation communautaire,
-    d’un manque de richesse consistante pour les garantir aux prêts,
-    de problèmes de prise en charge sanitaire conviviale.

 Le Samedi 19 Décembre 2015 a marqué la fin de trois jours de formation en entrepreneuriat féminin. Une session assurée par la très dynamique Awa DIBA, assistée par Arona CAMARA et Aminata DIOUF. Pour rappel, l’entrepreneuriat Féminin constitue un élément clé du développement économique, social, solidaire et durable. En ce sens le RABEC  a  initié une session de formation pour une vingtaine de Femmes issues de la commune de Biscuiterie et environs. L’objectif de ces trois jours de formations était de permettre à ces  femmes qui ont un niveau scolaire faible de faire :

  • une auto-analyse sur leur situation économique et à se poser des questions sur les problèmes qu’elles rencontrent dans leurs activités commerciales avant de ;
  • réfléchir avec les participantes sur les moyens à mettre en places pour mener à bien une activité économique et la rendre pérenne.

Ce renforcement de capacité ne représente qu’une première étape dans la formation et la sensibilisation des femmes en entrepreneuriat. Il peut être consolidé et élargi par la création d’un véritable projet commercial ou d’entreprise durable.

Enregistrer