Programmes du RABEC

Le vendredi 10 Février 2017 risque de marquer à jamais les bénéficiaires-sortantes de la cinquième génération du Programme de Lutte contre l’Enfance en Rupture, le PLER. Ce jour où elles ont reçu leurs diplômes de formation, symboles d’une réinsertion sociale de cette cible qui trop tôt avait presque perdu tout espoir d’avoir une seconde chance de réussite sociale.

Pour rappel, le PLER,  vise la réinsertion sociale des filles vivant pour la plupart dans des milieux familiaux précaires et qui n’ont jamais fréquenté l’école ou l’ayant quitté très tôt. Cette réinsertion est basée sur l’éducation visant à redonner leur fierté à ces jeunes abandonnées à elles-mêmes ; mais aussi par le biais de la formation sur les métiers de la restauration, de la coupe-coutre et de la coiffure qui favoriseraient des prérequis comme gage de leur réinsertion socio-économique.

C’est ainsi qu’à la fin de chaque année d’exercice, les élèves de la troisième année reçoivent leurs attestations de fin d’apprentissage. Pour cette année, comme lors des trois dernières éditions, la fête a eu lieu au centre social Amady THIAM sous la présidence effective de Mme Arame Gueye NDIAYE, marraine de la promotion.

La fête a débuté sous les coups de 16h pour prendre fin à 21h après que les bénéficiaires aient reçu leurs attestations aux mains de quelques officiels qui ont répondu à l’invitation mais aussi et surtout aux mains de la marraine, Mme NDIAYE née Arame GUEYE Directrice du Groupe Scolaire Keur Arame (GSKA). Ainsi, après un mot de bienvenu du Directeur-Exécutif du RABEC suivi du discours du coordinateur du programme et des témoignages d’une ancienne bénéficiaire et d’un parent d’élève, la chorale du PLER prit d’assaut les lieux pour une prestation artistique de haute facture. Cette chorale constituée de filles des première et deuxième années ne s’est pas seulement limitée à chanter, elle a aussi interprété un sketch à thématiques qui tournaient autour de la grossesse précoce, du mariage forcé, de l’inceste, du SIDA, de la sexualité précoce : une prestation qui a ému tout le public du centre.

Par la suite ce fut le tour des « reines » de la cérémonie, les bénéficiaires de la troisième année du PLER. Elles nous ont gratifiés d’un défilé sur quatre passages avec de tenues qu’elles ont confectionnées avec l’accompagnement de leur moniteur en coupe-couture.

Le dernier mot de la fête est revenu à Mme NDIAYE, marraine de cette cinquième génération, qui a remercié le RABEC pour le choix porté sur elle avant de se lancer dans un  discours de félicitations et d’encouragements très instructifs à l’endroit de l’ONG mais aussi de conseils ô combien importants pour les bénéficiaires du PLER.

Plus d'images de la fête de promotion

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir