Programmes du RABEC

Cérémonie de remise d’attestations aux élèves du PLER, retour sur une démonstration de force du RABEC.

La cérémonie de remise de diplômes aux élèves de la quatrième promotion a marqué ce Samedi 20 Février 2016 la clôture de l’année d’exercice 2015-2016 du PLER. Cette cérémonie qui a débuté à 16h au centre social Amady THIAM, s’est déroulée sous la présidence effective de la marraine de cette promotion Adja Fama MBodji LO, une dame aux dimensions multiples.

Après neuf (9) mois de cours, année d’exercice, le PLER a fermé ses portes en Janvier dernier. Le PLER est, pour rappel, le Programme de Lutte contre l’Enfance en Rupture initié par le RABEC depuis l’année 2008 ; un projet qui vise la réinsertion socio-économique des filles âgées de 13 à 18 ans, potentiellement en rupture. Réinsertion qui se traduit  par le biais de l’éducation et la formation sur une durée de trois (3) ans.

Pour la sortie de chaque promotion, une marraine est choisie  pour accompagner les élèves et surtout leur servir de modèle. Faudrait-il le rappeler, le choix se veut rigoureux !

Ainsi, la quatrième génération (2015-2016)  a comme marraine Adjia Fama Mbodji LO, une dame aux dimensions multiples.

 

Le PLER ou Programme de Lutte contre l’Enfance en Rupture est initié par l’ONG RABEC (Réseau d’Associations pour le Bien Être Communautaire) depuis 2008. Ce programme vise la réinsertion sociale des filles de Biscuiterie et environs âgées de 13 à 18 ans pas ou peu alphabétisées et issues de milieux familiaux défavorisés. Ainsi, elles sont initiées sur plus de 18 matières réparties en deux volets que sont l’Éducation et la Formation.

Le PLER fonctionne sur fond propre, puisé dans les caisses du RABEC, depuis le retrait des bailleurs qui ont soutenu le projet à ses débuts. Alors par souci de servir la communauté par le biais de cette couche vulnérable, les moniteurs et monitrices se sont engagés comme volontaires pour participer à la pérennisation de ce programme.

Le PLER est un projet promu par l’ONG RABEC depuis 2008 dans le cadre du  « Projet Traites et Pires formes de Travail des Enfants » de l’état du Sénégal suite à l’accord tripartite conclu entre la Coopération Italienne, le Ministère de la famille et de la petite enfance avec l’appui technique de l’UNICEF.

Il vise la réinsertion sociale des jeunes filles illettrées ou peu alphabétisées, et potentiellement en rupture.
A ce jour,  près de 185 adolescentes sont prises en charge par le projet au lot desquelles plus de 70 filles ont été réinsérées dans l’environnement socio-éducatif voire économique de la localité.
Ainsi, suite au retrait des partenaires techniques et financiers, une stratégie de pérennisation développée par le RABEC depuis 2011 a permis de consolider les acquis malgré les contraintes liées à sa mise en œuvre.
C’est dans ce cadre qu’une troisième promotion a fait l’objet d’une cérémonie de remise de diplômes le 30 Janvier 2015 à la suite de la formation reçue pendant ces trois dernières années.
Ces matières ci-après citées sont enseignées dans le programme :
Formation :

  • Couture-coupe  (pérelage, broderie, crochet) ;
  • Teinture, sérigraphie ;
  • Restauration (pâtisserie, transformation des céréales locales et des fruits et légumes) ;
  • Coiffure ;
  • Entreprenariat féminin.

Education :

  • Initiation au français, au wolof, à l’outil informatique ;
  • Education à la santé de la reproduction des jeunes, à la dynamique communautaire ;
  • Hygiène et santé ;
  • Droit des enfants.

Durée : 3 ans.