Programmes du RABEC

Ce Samedi 1er Octobre 2016 a coïncidé avec la suite et fin des 48h d’actions sociales organisées par le département santé du RABEC. Comme prévu, ces 48h ont débuté par un don de sang qui a permis à une cinquantaine de personnes de sacrifier à cet acte social qui, on ne se lassera de le dire, « peut sauver des vies ».

Le deuxième jour des activités a été une mobilisation sociale permettant de discuter des questions de santé communautaire sous forme de panel. Le thème central tournait autour de la grossesse précoce et de ses conséquences.

Ainsi, après avoir campé le débat, les panélistes ont beaucoup insisté sur les conséquences d’une grossesse précoce souvent non désirée. Parmi celles-ci nous avons retenu la pression familiale, les conséquences liées à la santé de la mineure et de l’enfant qu’elle porte. Et à Mme Aminata DIOUF d’ajouter, leurs problèmes (ceux de la mère et de son enfant) de santé et sur le plan social peuvent aller de mal en pire pendant l’accouchement et même plusieurs années après la naissance de l’enfant.

L’assistance a aussi participé à la causerie par des contributions et autres questions sur lesquelles les spécialistes du domaine ont apporté des réponses claires. Par ailleurs, le modérateur du jour, en donnent des conseils aux jeunes filles pour éviter des grossesses précoces lance : « un jeune doit avoir un projet de vie ». Une phrase dont le développement a bien complété et résumé la discussion du jour.

En définitive, la chorale du PLER a fait sensation avec un sketch qui faisait ressortir les problèmes de grossesse et mariage précoces, de mutilation génitale et de SIDA.

Parmi les fortes recommandations des panélistes, il y a la redynamisation du comité de veille contre les violences faites aux filles et aux femmes.

Enregistrer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir